♦ Gleek Club ♦
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.



 
AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hey ! Mais c'est
Invité !
Invité
avatar


« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury _
MessageSujet: « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury   « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury EmptyMer 4 Mai - 18:44

    DYLAN
    EMMA

« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury Iconjmays2« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury Icane19




Les jours se suivaient. Et se ressemblaient. Telle une suite perpétuelle sans surprise. Se lever. Se nourrir. Se laver. Puis perdre son temps derrière un bureau. Avant de se nourrir une nouvelle fois. Pour aller se coucher encore. Toujours le même rite. La même... symphonie. Assise au fond de la salle, Dylan rêvait d'autres horizons. Ce qu'elle espérait? Un signe peut être. Un « quelque chose » qui saurait enfin changer ce quotidien, dénué de... sens? Mais elle n'était pas dupe. Elle ne l'était plus du moins. Quoi. Ou qui. Pourrait l'extirper à cette monotonie? Une pensée pour sa soeur. Et la douleur qui suivit lui fit clore les paupières. Elle se mordit la lèvre. La cicatrice ne s'était pas totalement refermée. Si... elle ne guérissait jamais?... A cette idée, la jeune lycéenne balaya la classe de ses prunelles bleues. Il y avait ceux qui suivaient le cours avec assiduité ou du moins, qui en avaient seulement l'apparence. Ou ceux qui ne prenaient même plus la peine de faire comme si. Sans oublier le professeur. Captivé par ses propres mots. Ne se rendant même pas compte qu'il perdait le plupart des élèves ici présent. L'un d'entre eux captaient-ils la brûlure au fond d'elle même? Celle qui l'étouffait chaque jour un peu plus?... Dylan remua la tête. Un sourire ironique dessiné sur ses lèvres. Personne ne savait. Personne... ne comprenait. A part peut-être... elle?

Dylan songea alors au rendez-vous qui l'attendait après cette heure. Elle n'était plus certaine d'avoir l'envie de s'y rendre. Beaucoup d'émotions avaient germé depuis sa première rencontre avec elle. Elle. Mademoiselle Pillsbury. Emma plus précisément. Conseillère d'orientation aux traits angéliques. C'était sa mère qui l'avait poussé à réserver son temps libre pour cette femme. Et tout ça pour... pour quoi? Pour Carmen. Cette tendresse ambiguë qui les avait lié. Qui les liait encore peut-être? Cela n'avait pas été très évident au départ. Elle fut semblable au marbre longtemps. Puis un jour. Un beau jour. Ou... au fil des jours, surtout. Dylan développa envers cette parfaite inconnue une confiance qui, jusque là n'avait été accordé à quiconque. Le feeling était finalement bien passé entre elles. Trop bien même. Et maintenant... maintenant... Dylan soupira bruyamment. Maintenant. Tout était différent. Pour elle, du moins...

La sonnerie retentit. Comme une habitude. Dylan prit son temps. A vrai dire, elle redoutait l'entrevue qui allait suivre. Elle avait beau essayé. Essayée de ne rien laisser transparaître. Ce qu'elle éprouvait devenait bien trop difficile à gérer pour sa petite ossature. Inspirant profondément, elle délaissa cependant, et, malgré elle, les murs étonnement sécurisant de la salle. Une cheerleader l'ébroua sur son chemin. La jeune femme ferma une nouvelle fois les yeux. Une petite voix lui répétait qu'elle ne survivrait pas à cette journée. Emotionellement parlant, bien sûr. Immobile en pleins milieu du corridor, elle n'entendait plus les remarques amères de ses camarades. Peu lui importait sur le moment. Qu'allait-elle faire. Qu'allait-elle dire? Une fois devant la conseillère. Que pouvait-elle bien lui raconter qui masquerait le trouble dont elle était éprise?...

Dylan hésita. Un pas en avant. Puis deux vers l'arrière. Mouvement qu'elle répéta quelques fois. Puis finalement, poussée par une puissance invisible, elle fit irruption dans le bureau de la conseillère. Le noeud qui s'était formé depuis le matin, se resserra davantage lorsque celle-ci releva les yeux vers elle. Elle força un sourire. Qui, ceci dit en passant, ressemblait plutôt à une grimace. « Je.. eumh... Bonjour. » N'osant déposer ses prunelles sur le visage de la jeune femme, elle se raccrocha à la vision de ses propres chaussures. Le bureau embaumait une agréable odeur de citronnelle. De désinfectant également. Cet arôme si familier lui extorqua un frémissement. Cette fois-ci, elle venait de signer son arrêt de mort. Ce furent là les quelques mots qui lui traversèrent l'esprit, tandis qu'elle prenait place sur le fauteuil. Non. Elle n'avait rien à lui dire. Ou peut-être qu'elle se devait simplement de ne rien lui dire. De ce fait, elle croisa les bras sur sa poitrine. Évitant soigneusement de croiser le regard de Mademoiselle Pillsbury. Aujourd'hui, elle retournait à la case départ. Le marbre...
Revenir en haut Aller en bas
Hey ! Mais c'est
Invité !
Invité
avatar


« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury _
MessageSujet: Re: « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury   « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury EmptyVen 6 Mai - 15:23

Emma avait toujours remarqué que Dylan Olhsson, une élève de McKinley, semblait être terriblement tracassée par quelque chose. Elle avait à de nombreuses reprises tenter de venir lui parler, mais elle s'était rappelée que mieux valait laisser un élève venir se confier de lui-même que de l'y inviter car chez certaines personnes, ces avances n'étaient pas très bien prises. Plusieurs semaines s'écoulèrent sans que la lycéenne ne franchisse les portes de son bureau. Et puis enfin, un jeudi après-midi, Emma avait vu Dylan frapper à la porte de son bureau, la mine renfrognée. Soulagée de la voir enfin ici, elle fut cependant un peu déçue lorsqu'elle apprit qu'elle n'était pas venue de son plein gré. C'était sa mère qui l'avait poussé à le faire. Emma se douta que Dylan devait avoir un problème particulier pour que sa mère la force à venir la voir, mais elle n'en sut rien lors de la première rencontre. Dylan ne disait rien, ne répondait pas, ne souriait pas. Touchée par son silence qui devait cacher quelque chose d'affreux, Emma décida de redoubler de douceur pour essayer d'enfin la convaincre à parler. Ça pourrait prendre du temps, mais ça en valait la peine.

Tous les jeudis, Emma retrouvait Dylan dans son bureau et l'accueillait avec un sourire chaleureux. A chaque fois, elle allait le plus doucement possible, et il semblait que cette méthode marchait bien : au fil des rencontres, Dylan devenait de plus en plus confiante et lui avouait même des choses de temps à autre. Elles arrivaient à bien s'entendre, en fait Very Happy. Mais ce jeudi-là ne semblait pas comme d'habitude.

Pendant une bonne dizaine de minutes, la rouquine l'attendit patiemment. Elle savait que Dylan aimait prendre son temps, donc son retard était loin de la déranger. Elle espérait qu'une fois de plus, son élève pourrait lui confier de nouvelles choses. Peut-être même qu'aujourd'hui, elle réussirait à comprendre pour de bon ses problèmes, et elle pourrait l'aider. Mais quand enfin elle aperçut le visage de Dylan au fond du couloir, le sourire d'Emma s'estompa. Aux dernières séances, la lycéenne avait eu l'air plus enthousiaste lorsqu'elle venait. Bien entendu, elle ne sautait pas de joie, mais elle avait l'air bien plus détendue. Emma se força à sourire à nouveau lorsque Dylan arriva dans son bureau, et lui fit signe de s'assoir. On aurait dit qu'elle la fuyait du regard, comme si quelque chose la gênait. Donc, soit elle avait honte de ses problèmes, soit c'était Emma qui avait un truc collé sur le visage. A cette idée, elle frissonna et s'empressa de regarder discrètement son reflet dans un petit miroir de poche posé sur son bureau. Il n'y avait rien ; tout allait bien. Mais Dylan ne pouvait pas avoir changé d'avis comme ça, alors qu'elles avaient bien parlé la semaine dernière … Il fallait qu'elle trouve ce qui clochait.

-Tu as passé une bonne journée, Dylan ? Very Happy Tu ne peux pas savoir comme je suis heureuse de te voir. Aucun élève n'est passé dans mon bureau aujourd'hui, à part Jacob qui s'inquiétait à propos de ses cheveux. Il était persuadé d'avoir une coupe afro... Ça me fait plaisir d'aider les élèves, mais je préfère quand il s'agit de questions plus sérieuses. Je me sens plus utile.

Ne voyant aucune réaction chez son élève, Emma se pinça les lèvres et lui adressa un sourire sincère. Elle n'aimait pas la voir dans cet état. En fait, Emma considérait les élèves qui venaient la voir comme ses enfants. Il y en avait qu'elle aimait plus que d'autres, et Dylan faisait partie de ceux-là.

-Quelque chose ne va pas, Dylan ? Ça n'a pas l'air d'aller, par rapport aux autres fois. Je ne te force pas à en parler, mais je suis certaine que ça peut t'aider. Peu importe qui t'est arrivé ou même ce que tu as fais, je ne te jugerai pas là-dessus.

A cet instant, elle espéra encore plus fort que d'habitude que Dylan accepterait enfin de parler. Elle poussa du dos de la main quelques brochures qui encombraient son bureau, histoire de faire la place, et croisa les bras sur la table. Elle continuait de sourire d'un air rassurant, attendant une réaction de la part de son élève.
Revenir en haut Aller en bas
Hey ! Mais c'est
Invité !
Invité
avatar


« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury _
MessageSujet: Re: « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury   « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury EmptyVen 6 Mai - 19:10

Le moindre songe. Le moindre souvenir. Tout n'était qu'une douleur amère. Un goût acide dans la gorge, quand à la fatalité de la situation. Elle n'attendait rien pourtant. Du moins... elle se le persuadait souvent. Mais le coeur aimant n'était-il pas au fond. Bien au fond. Irrémédiablement en attente?... Dans l'attente... d'un retour peut-être? Oui. D'un retour... de flammes? Qu'elles soient... douces ou... meurtrières. Mais Dylan n'était pas stupide. Loin de là n'est-ce pas? Oh non. Elle avait depuis longtemps perdu la force d'y croire. La force de... d'espérer? Seulement... Seulement l'étincelle était là. Derrière ses grandes prunelles de glaces. Derrière... sa bouche scellée. L'étincelle... d'avoir enfin un dénouement heureux? Pauvre idiote! Quelle sottise!...

Courbée sur son fauteuil. Désireuse de disparaître à travers le cuir de l'assise. Dylan n'avait toujours pas adressé un seul regard à la conseillère. Son corps s'imprégnait de son arôme. De son timbre doux et chaleureux. De sa douceur. Elle devenait peu à peu éponge sous ses mots. Elle absorbait. Chaque particule qui pouvait, de près comme de loin, la rapprocher encore davantage d'elle. C'était un plaisir par procuration. Une exaltation des sens. Et pourtant. Son visage restait toujours aussi fermé. Hermétique. Impassible. Stoïque...

Elle ne se rappelait plus avoir un jour été si... silencieuse? Certes, cela faisait partie de sa personnalité. Cependant... à l'instant c'était bien différent du quotidien. Son silence en était presque... religieux? Oui. Là était le bon terme. Cette idée lui écorcha l'esquisse d'un sourire. Il disparut aussi vite qu'il était apparut. Ne comprenait-elle pas ce qui étouffait ses mots!? Enfin, elle osa. Comme un appel. Une espérance. Ses iris bleuâtres rencontrèrent celles de la petite rouquine. Allait-elle avoir la réponse à ses interrogations? Allait-elle... réaliser l'ampleur de ses émotions? Dylan souhaitait tant qu'elle... qu'elle comprenne par elle-même?... Mais... comment le pouvait-elle en un sens? Alors elle inclina quelques peu la tête. Implorante. Puis. L'inquiétude. L'incompréhension. Avant tout, l'innocence. Visible sur les traits de la jeune femme, l'attendrit. Elle ne pouvait. Elle ne devait s'attendre à plus de sa part. Même en lui exposant les faits... la jeune lycéenne était presque certaine qu'elle ne les imprimerait pas. N'était-se pas cette facette si enfantine qui l'avait charmé?... De ce fait, elle se surprit à ouvrir la bouche: « J'ai passé... une bonne journée, oui. Bien, qu'elle ne soit pas encore terminée. » Elle laissa ces quelques paroles planer un temps. Quelques secondes. Quelques... minutes. Ainsi, elle en profita pour se saisir de son briquet. Tout en aluminium. Deux petites inscriptions dessinées soigneusement au compas dans un coin. «C» Et... «E». Elle en effleura la gravure. Puis murmura discrètement, de manière à être plus ou moins entendue: « Quoi qu'il arrive, vous n'êtes pas. Inutile... »

Dylan s'autorisa une seconde d'évasion. Juste pour se perdre à travers d'autres horizons. Suspendue à ses grands yeux de biche, il lui fallut cela dit, se faire violence pour s'en détacher. Et, gênée, elle dissimula son visage entre ses mains hésitantes. Dieu que le monde pouvait être... cruel? Oh oui. Que pouvait-il l'être... Le minois de sa soeur lui revint en tête. Tel un boomerang. Une gifle inattendue. Ces sentiments clandestins qu'elle éprouvait envers Emma n'étaient-ils pas... une trahison en quelque sorte? N'était-se pas... une tromperie de sa part? Sceptique. Mais craintive avant tout, la jeune lycéenne posa de nouveau un regard désormais suspicieux sur elle. C'était elle... Oui. A cause d'elle, que le souvenir de Carmen devenait de plus en plus vague. De plus en plus vacillant. Etait-se une manière de l'extirper de cet amour si... si politiquement incorrecte? Mais peut-être... Peut-être que sa mère avait tout prévu. Peut-être... que tout ceci n'était qu'une belle mascarade. Non... cela ne pouvait être... Elle ne pouvait croire une chose pareille. Emma n'était pas capable d'une telle... machination. Elle n'avait qu'à plonger ses prunelles dans les siennes pour en être certaine. Elle, elle n'était pas ainsi...

« Quelque chose ne va pas, Dylan? Ça n'a pas l'air d'aller, par rapport aux autres fois. Je ne te force pas à en parler, mais je suis certaine que ça peut t'aider. Peu importe ce qui t'ai arrivé ou même ce que tu as fais., je ne te jugerais pas là dessus. » Le coeur de Dylan se retourna dans sa poitrine. Elle étouffa un hoquet derrière ses doigts. Les mots se bousculèrent. S'engluèrent au fond de sa gorge. Les émotions suivirent le pas. « Je... » Elle aurait pu affirmer se porter à merveille. Mais elle savait pertinemment que la jeune femme n'était pas dupe sous ses airs de petite fille. Alors elle se mordit la lèvre. Partagée entre le désir de lui cracher à la figure tout son ressenti. Et celui de fuir. L'option la plus facile, selon Dylan, était encore la fuite. C'est pour cela qu'elle se leva subitement. Presque violemment. « Je... Non, je... je ne peux pas. Je ne peux pas vous dire ça. Si je vous... Vous ne comprendrez pas... Et vous serez... différente... Vous serez... Et je ne le veux pas. Parce que... j'aime. Parler avec vous. Et j'apprécie votre compagnie. Vous savez je vous aime... » Ses derniers mots restèrent en suspend. Tandis qu'elle en réalisait l'ampleur. Mais, rapidement elle poursuivit: « Bien. Je vous aime bien. Vous êtes... douce. Attentionnée. Et ça me fait du bien de parler avec vous. C'est vrai. Seulement là... je ne peux pas. Je ne le dois pas. Pour vous. Comme pour moi. » La jeune lycéenne inspira profondément. Prenant le temps de retrouver un rythme respiratoire à peu près correcte. Durant toute la durée de sa tirade, elle n'avait détourné les yeux de la conseillère. Et même encore là, elle ne se résignait pas à tourner les talons une bonne fois pour toute. Quel dilemme ridicule. Que de vouloir passer du temps avec elle. En désirant l'éviter à tout prix... « Je ne peux pas... » répéta t-elle pour elle même, « Je ne peux pas... »
Revenir en haut Aller en bas
Hey ! Mais c'est
Invité !
Invité
avatar


« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury _
MessageSujet: Re: « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury   « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury EmptySam 7 Mai - 14:55

Soulagée de voir Dylan parler, Emma fut quand même surprise de son comportement. Elle faisait preuve d'une réticence inhabituelle, et s'était mis à la complimenter à tout vitesse – ce qui d'ailleurs plut beaucoup à Emma, mais sa rapidité l'inquiétait. Elle avait l'air paniquée, voir stressée. Comme si quelque chose n'allait pas, ou même qu'elle avait besoin de quelque chose. La voyant s'agiter ainsi, elle pensa que la jeune fille devait faire de l'hyperactivité. Peut-être qu'elle avait besoin de sucre pour se calmer … ? Ou peut-être qu'elle fumait ? Bon, pour l'instant, Emma n'avait avec elle que des bonbons. Ça devrait faire l'affaire.

-Je suis ravie que tu m'apprécies à ce point ma petite Dylan, et je peux t'assurer que c'est réciproque. Tu es l'élève que j'ai le plus envie d'aider. Mais pour cela, il faut que tu m'avoues ce que tu as. Ça ne risque pas de me changer, ou de me perturber, au contraire...

Craignant énerver la lycéenne, Emma partit en quête de son sachet de bonbons à la menthe. Elle ouvrit à une vitesse hallucinante ses différents tiroirs pour faire face à une éventuelle crise d'hyperactivité (si déjà ça existait, ce dont elle n'était pas vraiment sûre). Mais ses bonbons restaient introuvables parmi la paperasse... Emma redoubla de stress et se mit à trembler, comme si c'était elle qui faisait de l'hyperactivité...
N'importe qui de censé aurait trouvé Emma carrément alarmante, mais en vérité, elle avait de quoi s'alarmer. Il y a 4 ou 5 ans de ça, dans un collège, le principal était venu présenter à Emma un garçon qui présentait ces troubles et qui était particulièrement énervé ce jour-là. Il ne tenait pas en place, ne faisait que crier, et il avait même jeté tout ce qui se trouvait sur le bureau parterre... Y compris le vase qui contenait les cendres de sa grand-mère (Emma aimait garder ses proches auprès d'elle, on pouvait trouver beaucoup de cadres photos de sa famille sur son bureau). Évidemment, en tombant sur le sol, le vase se brisa et les cendres se répandirent sur les pieds d'Emma. Horrifiée, la rouquine se trouva incapable de bouger mais poussa un cri d'effroi. Encore plus énervé, le garçon lui avait donné une gifle monumentale puis s'était écrié « Suuuucre ! ». Quelques instants plus tard, le concierge et l'infirmière étaient venus calmer le garçon et avaient appelé ses parents. Emma avait changé d'établissement la semaine suivante. Depuis cet épisode qui l'avait terriblement traumatisé, Emma n'avait jamais pu se laver les pieds sans s'excuser auprès de sa grand-mère. Et à cet instant, même si il n'y avait aucun vase contenant les cendres de l'un de ses proches sur son bureau, elle n'avait aucune envie que tous ses papiers se retrouvent à terre. Finalement, elle retrouva son sachet de bonbons au milieu d'une boîte de thé « Nuit calme » et d'une boîte de lingettes pour les mains. Emma poussa un soupir de soulagement puis les tendit à son élève, lui adressant du même coup un sourire charmant.

-Tiens, ça pourrait te faire du bien. Ils sont à la menthe : ça calme les hyperactifs et ça fait avoir l'haleine fraîche Very Happy. Non pas que je ne sous-entende que tu es hyperactive ou que tu as mauvaise haleine, au contraire ; je les utilise quand j'entre en contact avec trop d'adolescents ayant abusé du fromage. Bon appétit Very Happy J'espère que ça t'apaiseras.

Malgré l'air désemparé de Dylan, Emma continua de la fixer en souriant, insistante. Elle ne décrocha son regard de la jeune fille que lorsqu'elle eut entamée l'un des bonbons.

-Ils sont bons, n'est-ce pas ? Very Happy Prends-en plusieurs si ça te fait du bien, puis tu pourras me raconter ce qui se passe, si tu le souhaites. Tu sais, j'ai déjà eu affaire à de nombreux élèves totalement dérangés : des groupies totalement dérangées, d'autres qui voulaient me faire rejoindre des sectes, certains souffraient de maladies mentales... Alors ce n'est pas toi qui risque de me faire peur, surtout que je sais que tu es vraiment une fille très gentille Very Happy.

La rouquine fit ensuite pivoter son siège vers l'arrière pour chercher une brochure qui expliquait que la conseillère d'orientation respectait ses élèves et ne répétait leurs secrets à personne. C'est là qu'elle vit, indiquée en grandes lettres rouges sur une brochure rose :

« HYPERACTIF ? STOPPEZ LE SUCRE !
Le sucre excite encore plus les jeunes atteints de ce trouble.
»


La mine déconfite, Emma se retourna lentement vers son élève.

-Rassure-moi, tu n'es pas hyperactive ? Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Hey ! Mais c'est
Invité !
Invité
avatar


« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury _
MessageSujet: Re: « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury   « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury EmptySam 14 Mai - 19:28

Comment contrôler. Ce flot d'émotions. Cette purée de sentiments. Qui l'assaillaient chaque jours un peu plus. Et la gifle, quand elle posait ses prunelles bleuâtres au fond des siennes. Comme... une évidence? Lorsqu'elle se laissait aller à la contemplation de son visage. Alors, dans ces moments là elle se maudissait. Elle... la maudissait? Mais... ce n'était pas de sa faute après tout. Elle... n'était en aucun cas responsable de ce qui la rongeait depuis quelques semaines déjà. Pauvre petite poupée de porcelaine. A l'apparence si frêle et si candide. Jamais elle n'avait attisé le désir de Dylan. Jamais... Et pourtant... cette dernière ne pouvait s'empêcher de lui en vouloir quelques fois. Quand cela devenait trop pesant. Trop... douloureux. Une haine indescriptible prenait ainsi le pas sur... sur l'amour. Puisque la frontière entre ces deux ennemis de toujours était bien trop mince, souvent. Et, il suffisait de si peu pour y franchir la limite. Cela dit... n'était-se pas plus simple de détester la personne aimée?... Ne plus penser à elle. A cette saloperie. La colère rendait sa présence bien plus présente. Son souffle bien plus bruyant. Partout, elle la rendait visible. Même quand elle n'était pas là. Même quand Dylan se trouvait chez elle. Elle la ressentait dans chaque silence. Chaque bruissement des draps. Alors où trouver un juste milieu? Quelle attitude adopter? Comment savoir?... Comment... s'en sortir?...

La jeune lycéenne ne put contenir un sourire ironique. Presque cynique. « Ça ne risque pas de me changer, ou de me perturber, au contraire... » Bien sûr! Pourtant, elle entrevoyait déjà la mine dépitée. Affreusement embarrassée de la jeune femme. Qui ne l'aurait pas été en un sens? Mais elle savait pertinemment que Emma aurait une réaction... digne d'une petite fille?... Elle ne put s'empêcher de se sentir attendrie à cette image. Une petite fille. Une enfant. Tout en ayant cette posture de femme. Cette élégance et cette grâce si particulière. Si... séduisante. Elle poussa un soupire. Exaspérée par ses propres songes. Son propre ressenti. « Non... » souffla t-elle « Vous serez... dépassée. » Ne pouvant se contenir d'avancer, Dylan se trouva rapidement, proche de la jeune conseillère. Le visage à proximité du sien. Les mains appuyées contre le bureau. Elle observait au fond de ses grands yeux noisettes. Une réponse?... Mais... à quoi? Au fait... qu'elle pourrait. Elle aussi. Éprouver ne serait-se... qu'un brin de sentiment envers elle?... Ou... au fait qu'elle ne serait sûrement pas prête à entendre les siens? A quelques centimètres d'elle, l'adolescente frissonna sous la chaleur de son souffle. Elle percevait cette caresse. Sa peau comme électrisée. Sensible au moindre contact. Futile. Ou non.

« Tiens, ça pourrait te faire du bien. Ils sont à la menthe : ça calme les hyperactifs et ça fait avoir l'haleine fraîche . Non pas que je ne sous-entende que tu es hyperactive ou que tu as mauvaise haleine, au contraire ; je les utilise quand j'entre en contact avec trop d'adolescents ayant abusé du fromage. Bon appétit. J'espère que ça t'apaiseras. » Extirpée de ses pensées malgré elle, Dylan se redressa. Un sachet de bonbons se baladait sous son nez. En premier temps perplexe, elle interrogea du regard la jeune femme. Puis, laissa filtrer un semblant de sourire amusé. De ce fait, elle se saisit d'une sucrerie. « Noyer les problèmes dans les sucreries. C'est mieux que dans l'alcool. » constata t-elle à voix haute, l'attention pourtant perdue. D'ailleurs, n'avait-elle pas elle-même une bouteille d'eau pleine de vodka dans le fond de son sac?... A ce souvenir, elle caressa du bout des doigts la fermeture de ce dernier. Pouvait-elle prendre l'objet tant désiré désormais, sans que la jeune conseillère n'en remarque pas le contenu? Devait-elle courir le risque? La tentation était à présent grande. Et si... elle quittait simplement le bureau. Comme ça. Sans aucune explic ations. Qu'elle s'enfermait dans les toilettes pour abreuver sa douleur de morphine?... Elle ouvrit la bouche. Prête à balbutier une excuse pour le moins ridicule. Seulement, la petite rouquine intervint avant elle. « Rassure-moi, tu n'es pas hyperactive ? » « HYPERACTIF ? STOPPEZ LE SUCRE !  Le sucre excite encore plus les jeunes atteints de ce trouble.» indiquait une brochure face à elle. Et, Dylan comprit immédiatement qu'elle s'était égarée dans ses propres suppositions. « Rassurez-vous, je... Non. Je ne suis pas hyperactive. » Agacée, il fallait l'avouer, elle lui tourna le dos.

« The world was on fire. No one could save me but you. Strange what desire will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. And I never dreamed that I'd lose somebody like you. No, I don't want to fall in love. [This love is only gonna break your heart] No, I don't want to fall in love. [This love is only gonna break your heart] With you. With you... » Sa voix n'était devenue qu'une douce berceuse. Qu'un appel. Auquel elle espérait... être entendue. Mais surtout... comprise...



Song: Wicked Game - Chris Isaak.
Revenir en haut Aller en bas
Hey ! Mais c'est
Invité !
Invité
avatar


« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury _
MessageSujet: Re: « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury   « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury EmptyDim 29 Mai - 20:43

Bien qu'honteuse d'avoir dit une bêtise, Emma poussa un soupir de soulagement en comprenant que le pire venait d'être évité. Dylan n'était pas hyperactive, le sucre ne lui ferait donc aucun effet... Cependant, elle n'avait pas l'air enchantée. Était-ce parce qu'elle était dépitée de voir que sa conseillère d'orientation était tellement débile ? Ou alors, est-ce qu'elle avait honte de s'adresser à une idiote pareille ? Tentant de dissimuler ses joues qui s'empourpraient, la rouquine garda un sourire chaleureux qui disparut aussitôt que Dylan eût tourner le dos. Elle l'entendit à cet instant chantonner une mélodie mélancolique et se sentit d'autant plus inquiète pour la jeune fille. Non pas au fait qu'elle ait peur qu'elle provoque une averse – au contraire elle avait une très jolie voix, mais Emma savait que cette chanson voulait dire quelque chose... Mais étant terriblement naïve, la rouquine ne comprit pas que les paroles pouvaient lui être adressées. Au risque de paraître complètement incompétente, elle tenta de changer de sujet.

-Dylan, hum... Tu as une très jolie voix Very Happy Tu ne devrais pas gâcher ton talent, rejoindre le glee club te ferait beaucoup de bien.

Malgré son sourire attentionné, Emma devina qu'elle n'était pas vraiment à la hauteur niveau conseils aujourd'hui. Ce serait pour demain... Mais demain était un autre jour, et elle ne voyait pas Dylan le vendredi. Il fallait qu'elle fasse tout son possible pour la rassurer aujourd'hui. La rouquine prit alors son regard le plus tendre et tendit les mains vers son élève.

-J'ai bien compris que quelque chose ne va pas, que quelqu'un te manque. Enfin... J'ai bien compris ta chanson.

La pauvre Dylan dut se faire de faux espoirs à cette phrase, mais Emma ne soupçonnait même pas qu'il puisse y avoir un rapport avec elle. Elle poursuivit.

-Si quelqu'un refuse ton amour, tu ne dois pas te baser là-dessus. Le monde va peut-être sembler s'arrêter pour toi, mais ce n'est pas le cas. Tu en as auras bien d'autres, d'amours Very Happy. Crois-moi, tu es très jolie et tu as une belle personnalité, personne ne pourra te résister Very Happy Parole d'Emma. Et puis un jour, tu connaîtras le graaand amour, avec lequel je te conseille de ne pas te marier à Las Vegas car ça ne fait pas très légitime, et il y aura peut-être des hauts et des bas mais tu seras très heureuse. Et puis tu as le temps jusque là, tu es jeune Very Happy !

Sans s'en rendre vraiment compte, Emma parlait pour elle-même en même temps. Ca, c'était clair, les mariages à Las Vegas ça ne faisait absolument pas officiel. Mais bien sûr, on ne fait pas du tout allusion à ce cher Carlouche. Pas du tout du tout. Il faudrait d'ailleurs qu'elle lui parle du liquide vaisselle de celui-ci qui lui provoquait des allergies … Mais ça, ce serait pour ce soir. En attendant, elle espérait que Dylan n'allait pas mal réagir.

A l'extérieur, les nuages noirs du début d'après-midi s'étaient dissipés et avaient laissé la place à un grand soleil. La pièce était emplie de lumière et la chaleur du soleil qui passait à travers la vitre commençait à la déranger. Elle décida d'aller ouvrir la fenêtre, puis revint en souriant vers son élève.

-Ça fait du bien, un beau temps comme ça Very Happy commenta-t-elle.

Oui enfin, on parle de sécheresse alors faudrait pas trop se réjouir non plus Suspect. La nature sembla vouloir la contredire, car un courant d'air s'engouffra dans le bureau, faisant voler toutes les feuilles jusque là entreposées en grands tas distincts devant la rouquine. Les feuilles voletèrent autour de la conseillère et de Dylan, puis retombèrent lamentablement sur le sol. Son visage déformé par une grimace d'horreur, Emma contempla le spectacle en silence.

-... Je rangerais ça plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Hey ! Mais c'est
Contenu sponsorisé !




« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury _
MessageSujet: Re: « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury   « Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

« Diabolique, mon ange.. » Ft; Emma Pillsbury

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♦ Gleek Club ♦ :: 
Lycée McKinley.
 :: Couloirs :: Bureau de la conseillère d'orientation
-
Sauter vers:  
#g="0" align="center">